Quelques arguments en faveur de l'EVF (Electronic View Finder):

A la conception du reflex , il y a plus de 50 ans, l'idée était bien sûr de faire en sorte que le photographe puisse voir « en direct » ce qui allait impressionner la pellicule. En réalité, nombre de reflex étaient loin d’atteindre ce but : le grossissement du viseur étant parfois très loin du facteur x1 et le miroir ne renvoyant quasiment jamais 100 %  de l'image, sauf sur quelques rares « haut de gamme ». Cependant, la MaP et le choix de la profondeur de champ était grandement facilités.

 

Ci-dessous quelques exemples de dimension de viseur :

On peut voir que le grossissement d'un viseur électronique destiné à un petit capteur M4/3 dépasse celui d'un viseur optique d'un APN plein format. Ce qui est tout de même déjà un comble ! Mais passons...

- Avec un reflex classique à miroir: lorsqu'on fait une correction d'exposition, la visée dans un reflex demeure toujours la même. On ne voit pas dans le viseur le résultat de la correction d'exposition. Avec un hybride, la visée reflète toujours le résultat que l'on va avoir. Et ça, pour moi, c'est devenu incontournable. Pendant la visée il suffit d'avoir le doigt sur la correction d'exposition et décaler l'expo jusqu'à obtenir le résultat voulu. On voit ce résultat dans le viseur avant le déclenchement. Adieu braketing d'exposition.

- Avec un objectif peu ouvert : (ou pire avec un objectif ancien) la visée devient très sombre. Avec un hybride rien de tel, la visée est toujours très claire.

- Le viseur électronique  présente l'image numérique en « wysiwyg » comme disent les anglophones (What you see is what you get‎ = ce que vous voyez est ce que vous obtenez) pour signifier que l'on peut voir l'image numérique en direct. Vous avez oublié ou mal réglé votre balance des blancs, pas de problème, votre viseur vous en informe immédiatement avec une dominante de couleur inhabituelle, et cerise sur le gâteau, l'image peut être soumise à un traitement complexe par le boîtier.

- Pour la mise au point manuelle : en faible lumière, les micro-prismes et ou le stigmomètre sont difficilement utilisables (ils deviennent noirs). La visée électronique est lumineuse quelque soit l'éclairage ambiant.

Quel opérateur ne rêve pas d'avoir sous les yeux et à la demande (sans perdre de vue son cadrage) des infos comme les paramètres de prise de vue, niveau à bulle, quadrillage, histogramme, zones sur/sous exposées. L'EVF est même capable de montrer en surbrillance les zones de netteté (un must pour les obsédés du piqué).
Pour illustrer ce qui vient d'être dit  voici 2 exemples :

une image vierge de toute information cadrée à 100 % .

une autre criblée d'info, avec filtre « artistique »
Ici on les voit sur l'écran, c'est la même dans le viseur, en mieux : les pixels ne sont pas visibles.


- Un autre argument en faveur de l'EVF : la qualité des optiques à courte focale.
Le miroir du reflex impose une distance minimale entre la lentille arrière et le capteur. Cette distance appelée tirage est supérieur à 50mm pour le plein format (proportionnelle pour les autres capteurs). En conséquence, la formule optique des courtes focales est plus compliquée. Il faut déplacer le plan focal, pour atteindre le capteur, les opticiens appellent cela le rétro focus. Cela nécessite des lentilles supplémentaires qui n'arrangent pas la qualité de l'optique, ni son poids ni son coût.
Des problèmes analogues existent bien entendu pour les zooms.


- Certains reflex Sony utilisent un miroir translucide fixe et un EVF : certes, ils n'y gagnent pas beaucoup concernant le problème évoqué précédemment ni en encombrement, mais au moins le bruit et les vibrations disparaissent. Seul le bruit de l'obturateur est encore audible. Certains hybrides opèrent même dans le silence absolu, l'obturateur électromécanique étant « débrayable ».
Avec le miroir translucide, la plus grande partie de la lumière est dirigée vers le capteur, et une petite partie est utilisée pour la MaP par détection de phase comme n'importe quel autre reflex, pendant que l'EVF transmet 100 % de l'image.


Bon je vais arrêter là, mais je ne suis pas sûr encore d'avoir découvert tous les avantages de la visée électronique... Et vous qu'en pensez-vous ?

 

Écrire commentaire

Commentaires : 3
  • #1

    Alain (lundi, 04 novembre 2013 14:53)

    Hello,
    Pas très d'accord avec toi...

    Le viseur électronique est pas si bien que cela.
    La balance des blancs est souvent fausse sur le viseur. Tous les écrans d'ailleurs ont des donimantes. C'est pour cela qu'il fait absolument sonder son écran... D'ailleurs sur mon Nex5n auquel j'ai rajouté l option a une dominante assez chaude.
    Pour la qualité d'image. Le contraste est assez poussé et assombri donc l'image, ce qui peux provoquer une mauvaise expo si l on se fie a ce qu'on voit.
    L'histograme en temps réel et un plus mais on a aussi une estimation de l expo dans un viseur. Certe moins précisé mais on l a.
    Un viseur plus lumineux oui mais l image est bruitee a fond et on ne discerne plus grand chose! Et lorsque l on arrive à la limite et Ben on voit plus grand chose!
    Sa saccade de temps en Temps, je trouve ça désagréable....
    Le picking c est vrai que c est pas mal, surtout avec de vieilles optiques manuelles.
    La perte de l image après une vue pendant l enregistrement ça c est vraiment nul on perd la scène pendant 1 a 2 secondes après le shoot !
    La plupart des réflexes possèdent beaucoup d'info dans le viseur...
    Je ne changerais pour rien monde mon viseur de mon 5d bien lumineux a souhait!mais je suis content d'avoir le viewfinder électronique sur mon Nex afin de m isoler complètement et me concentrer sur la scène...
    Pour le piquer... Chez moi ça pique bien pas besoin de plus ;-)
    Salutations
    Écrit sur smartphone excusez les erreurs...

  • #2

    Photo2bee (lundi, 04 novembre 2013 16:33)

    Remarque importante : tout comme les EVF, les viseurs optiques sont de qualité diverse : grossissement, couverture, et verres de visée sont très différents d'un modèle à l'autre. Mais il n'y a aucun moyen de connaître l'expo, seulement la profondeur de champ.

    Pour les EVF, c'est aussi variable, il est possible de régler le contraste, la luminosité, ou la saturation pour parfaire sa visée, certains ont des vitesses d'affichages variables etc.

    Tant dans la visée optique qu'avec l'EVF, il y a de nombreuses possibilités, et c'est tant mieux, tous les photographes n'ont pas besoin des mêmes informations, mais un autre avantage de l'EVF est qu'il n'y a pas besoin de changer de verre de visé par exemple, l’électronique se charge de tout.

  • #3

    Claire (mardi, 26 novembre 2013 09:30)

    Bonjour, je ne savais pas qu'on pouvait faire tout ça avec un viseur électronique. Merci pour toutes ces précisions.