La bonne résolution 2016, sera-t-elle pour le prochain objectif?

Les phrases à double sens nous viennent parfois involontairement...

 

Pour commencer la nouvelle année, j'ai décidé de parler de l'avenir. Je pense en avoir presque terminé avec les différentes rubriques du site, il ne sera bientôt plus question que de mises à jour. Vous ne trouvez ici qu'une petite initiation à la photographie, il y a de nombreux domaines spécialisés à explorer (macro, astro, studio, chasse...) mais je ne suis ni fan ni spécialiste de ces divers domaines, je me contenterai donc, si l'occasion se présente, de fournir des liens vers d'autres sites.

 

Ce texte a été photographié au "Tri Postal" de Lille, musée qui accueille une exposition d'art contemporain en ce début d'année 2016. On y trouve toute sorte de choses, notamment un film appelé "les puissances de 10" assez fascinant, pas très nouveau, j'en avais déjà vu une autre version dans les années 70, mais ça fait toujours son petit effet.

Observer son environnement semble si simple et naturel qu'il n'existe pas d'école pour apprendre, si c'était si facile...

 

J'en viens au titre, les objectifs de l'avenir :

Dans les années soixante, soixante-dix, la chimie du verre, la haute technologie (le polissage et les traitements) semblait avoir atteint une apogée, néanmoins la course à la miniaturisation a poussé à réaliser des optiques toujours plus performantes. L'augmentation de la densité de pixels des capteurs a progressivement fait disparaitre les filtres passe-bas, en effet, la dimension des photosites est si réduite qu'il est possible de "voir" en direct les défauts des objectifs, d'une certaine façon, ceux-ci deviennent le filtre passe-bas.

 

- Les constructeurs proposent de plus en plus d'objectifs ultra lumineux de grande qualité en particulier ceux conçus pour les capteurs 4/3" ; il existe déjà la série d'objectifs Voïgtlander qui ouvre à f1:0,95 et la rumeur annonce une série Olympus à f1 ; Leica offre aussi de belles ouvertures sur ses objectifs.

 

- Rappel : une grande ouverture n'est pas utilisée en premier lieu lorsque la luminosité est faible (le changement de vitesse et de sensibilité est plus efficace parce qu'ils offrent un choix plus large). Une grande ouverture permet d'avoir une plus grande variation (et donc de choix) de la profondeur de champ. C'est particulièrement important pour les capteurs 4/3" qu'il n'est pas recommander d'utiliser avec une ouverture inférieur à f11(*).

Par exemple, un objectif qui ouvre à f2,8 offre 5 choix possibles avec un écart d'un diaphragme (2,8 ; 4 ; 5,6 ; 8 ; 11). A titre de comparaison, la vitesse peut varier de 1/8ième (stabilisation recommandée) à 1/4000ième. Il y a alors 10 choix possibles avec le même écart. En utilisant les 5 sensibilités (100 à 1600 iso) on a en tout 50 niveaux d'exposition possibles.

 

On peut s'attendre à voir fleurir dans les mois ou les années à venir des améliorations non négligeables de la qualité des objectifs, mais ils sont déjà arrivés à un bon niveau et les perfectionner encore risque de couter cher. Il est plus probable que les capteurs augmentent leurs performances de façon significative pour un coût bien moindre.

En attendant : Bons clichés 2016!

 

(*) c'est pire encore avec les capteur plus petit (1" ou moins).

Écrire commentaire

Commentaires : 1