1ière Partie : LA MISE AU POINT Manuelle ET L'HYPERFOCALE

 

Là encore est ce vraiment utile, puisque presque tous les APN ont l'AutoFocus?

Nous allons voir pourquoi, il est important de pouvoir faire la mise au point manuellement ou non.

L'hyperfocale semble une notion aujourd'hui presque complètement disparue des préoccupations des constructeurs alors que c'est une des bases de la photographie.

Rappel : l'hyperfocale est la distance de mise au point qui donne la plus grande profondeur de champ (depuis la moité de cette distance, jusqu'à l'infini).
En réalité, la netteté d'un objet s'estompe progressivement à mesure qu'il est éloigné de la distance de mise au point, cependant l'effet du flou ne devient "visible" qu'à partir d'une certaine distance.
Vous trouverez toute les informations techniques ici. Il n'est pas vraiment utile d'entrer dans ces détails, mais pour bien comprendre comment ça se passe, on a un beau calculateur de profondeur de champ et d'hyperfocale ici,  accompagné de dessins explicatifs.

A quoi peut bien servir l'hyperfocale ?
Par exemple, à photographier des paysages parce qu'il peut être important d'avoir le maximum de détail de près comme de loin, mais pas seulement !
A photographier aussi vite que son ombre :
En effet, il n'y a plus besoin d'AF , il n'y a plus besoin d'attendre que l'APN ait terminé la Mise au Point pour que l'obturateur puisse se déclencher, vous avez comme seule contrainte de ne pas approcher le sujet principal en dessous d'une certaine distance (la moitié de l'hyperfocale).
Autre exemple : A quoi peuvent servir les repères de profondeur de champ?
En sport ou au spectacle, si vous ne pouvez pas bouger de votre place, vous pouvez estimer ou mesurer avec votre APN les distances maximum et minimum entre lesquelles les sujets peuvent se déplacer. Vous pouvez alors faire vos réglage (PdC et distance de MaP) de manière à ce que le sujet soit toujours dans la zone de netteté. Là encore, plus besoin d'AF, c'est particulièrement intéressant, lorsque les actions sont très rapides et que l'AF rame à cause du manque de lumière.
Il est possible d'enregistrer des réglages, mais avec des contraintes trop importantes,  ils seront difficiles ou compliqués à modifier en cours de prise de vue à partir des menus.

Règle n°1 : N'utilisez jamais les menus en cours de prise de vue, c'est beaucoup trop lent, votre APN doit être préparé (réglé) à l'avance pour la situation, voire pour plusieurs puisqu'il existe des APN capables d'enregistrer plusieurs préréglages, il suffit de passer de l'un à l'autre au gré des besoins.

 

Comment ajuster la profondeur de champ en fonction de vos besoins :
Un exemple d'objectif manuel ne disposant pas de moteur pour l'AF

Ici la mise au point est faite à 3 m, pour un diaphragme de f11, la profondeur de champ va de l'infini à ~1,50 m, on est donc sur l'hyperfocale. Avec une ouverture plus grande, par exemple f5,6 on voit que la profondeur de champ va de 2,5 m à 4,5m.

 

Quelques exemples concrets : 2 objectifs prévus pour un capteur 24x36
                                               focale fixe 50mm                           zoom 35-85mm

Sur le 50mm on lit que pour une MaP à 3m et un diaphragme f11 la profondeur de champ s'étend de ~2,20m à 5m. Le calculateur DOFMaster indique : 2,14m à 5m (c'est assez précis).

Sur le zoom (ici un « one touch ») on voit les lignes se resserrer parce que plus la focale est longue, plus la PdC est étroite. Les lignes ont la couleur du diaphragme correspondant, on remarque aussi que plus le diaphragme est ouvert, plus la PdC est étroite, et plus la focale est grande (ici, elle varie de 35 à 85mm), plus la profondeur de champ diminue.

 

Encore 2 autres focales prévu pour des boîtiers µ4/3 :
                                          12mm autofocus débrayable   -   25mm MaP manuelle

Les distances en rouge sont en pieds et celle en noir ou blanc en mètres. Ce double marquage facilite la lecture.
Pour le 12mm, à 2 pieds (60cm),   DOFMaster indique : 0,45m à 0,92m à f5,6
Pour le 25mm, à 2,5 pieds (75cm) DOFMaster indique : 0,59m à 1,04 m à f16
Ce qui correspond bien aux valeurs lues sur les objectifs.
Remarque : On trouve sur le web toutes sortes de contre vérités à propos de la profondeur de champ, parfois même publiées par des professionnels indélicats. Tenez vous en donc à ce que décrit wikipédia.

 

Le saviez-vous ?
Les pilotes d'avion préfèrent les instruments de navigation de type analogique (en forme d'horloge ou de curseur) parce qu'ils les renseignent mieux et plus vite de la situation qu'un instrument digital qui affiche des informations numériques. De même pour un photographe, il est aussi beaucoup plus facile et rapide de réaliser des réglages avec des informations analogiques comme celles présentées ci-dessus.

Autre avantage : contrairement aux moteurs électriques, votre main ne tombe jamais en panne, et avec un peu d'habitude sait ce qu'il faut faire en toute circonstance, c'est toute la différence entre un robot et vous.
Comme on l'a vu pour l'exposition, il arrive fréquemment que la mise au point choisie par l'AF ne corresponde pas à vos attentes, il est même parfois impossible de la faire autrement que manuellement (j'ai cité par exemple cette astuce N°1, pour info, il y a d'autres façons de faire).

Conseils
L'AF, ne devrait être utilisé que lorsque l'on est dépassé par les événements :
-Impossible de prévoir quoi que ce soit, mais en principe tout l'art est justement d'être capable d'anticiper.
-Les situations sont trop changeantes, alors essayez de limiter les variations d'une façon ou d'une autre pour éviter d'être en permanence sur la brèche, une situation inconfortable n'aide pas à réaliser de bons clichés.

 

 

 

 

2ième partie : Assistance à la Mise au Point Manuelle :

 

VISEUR OPTIQUE et MaP manuelle :

Au XXième siécle, les systèmes les plus employés et de loin les plus précis et rapides étaient la visée télémétrique et le stigmomètre. Ils donnaient une image coupée comme ci-dessous tant que la mise au point n'était pas parfaite.

 

Il existe aussi d'autres verres de visée : dépoli et microprisme, certains verres peuvent cumuler 2 ou même les 3, ça ne présente pas d'avantage particulier pour la précision ou la rapidité, mais certains verres fonctionnent mieux selon les circonstances. Par exemple en faible luminosité, le stigmo et les microprismes deviennent noirs donc inutilisables. L'orientation de la coupure du stigmo peut être inadaptée etc. d'où l’intérêt du cumul.

 

 

La lampe témoin :

Lorsque l'AF est apparu sur le reflex argentique, il pouvait y avoir aussi une lampe témoin qui s'allumait lorsque la MaP était commandée manuellement. Ce système équipe encore certains APN, il est particulièrement pratique sur les appareils à AF mixte (par détection de contraste et corrélation de phase).

 

 

VISEUR ELECTRONIQUE et MaP manuelle:
- la visée électronique est lumineuse dans des conditions d'éclairage même faible là où le stigmomètre et le microprisme du reflex deviennent inutilisables, elle permet une assistance de la MaP manuelle de 2 façons, la loupe et le focus peaking :

La loupe :
- avec un objectif numérique équipé d'une bague de MaP manuelle, dès que celle-ci est activée, un zoom important de la visée permet de faire une MaP très précise.
- avec un objectif entièrement manuel, il est possible de déclencher le zoom de la visée depuis le boîtier (la loupe) cf photos ci-dessous.

                                                   Infos de visée                                 Zoom de la visée

Cette façon de faire, s'apparente à la MaP centrale en appuyant sur le déclencheur à mi-course puis recadrage et déclenchement, ce qui nécessite un peu de temps.

 

 

Le Focus Peaking :

sur les hybrides, la MaP se fait par détection de contraste, le focus peacking consiste à mettre en "surbrillance" les zones à grand contraste (ou lui donner une couleur très apparente, noire, blanc, rouge, bleu...).

L'avantage du focus peaking est qu'il permet d'apprécier en même temps, l'étendue de la profondeur de champ.

Sur les image suivante les zones à haut contraste (nettes) sont marquées en rouge :

       à f/1,4 la profondeur de champ est faible,                                à f/8 la profondeur de champ est plus grande,

         une seule vis est parfaitement nette.                                                    il y a 2 ou 3 vis qui sont nettes.

 Note : les exemples ci-dessus sont des photos d'écran que je ne l'utilise jamais, il est donc par simple précaution revêtu d'une protection, mais de très médiocre qualité, ce qui explique le flou, mais j'ai estimé que c'était suffisant pour la démonstration.

 

Pour aller très vite, les écrans tactiles permettent de faire le point sur un endroit précis et sans recadrage. Cette fonctionnalité développée sur les hybrides n'est pas un gadget, elle permet de travailler comme sur un dépoli de moyen format argentique, on contrôle la visée et l'environnement en même temps et le déclenchement est très rapide.

 

Le viseur optique perd donc de l'intérêt. Ces techniques nécessitent un minimum d'apprentissage, une bonne dizaine de minutes environ.